Les reliques des martyrs d’amour

Laëtitia Tabard

 Le lyrisme de la fin du Moyen Âge prend volontiers les accents de la tristesse, au point que Daniel Poirion hésitait à voir une « pose » sentimentale dans l’image du poète martyr pleurant sur la mort de sa dame, dont on trouve encore un écho, peut-être moqueur, chez Charles d’Orléans : « Au fort, martir on me devra nommer, / Se Dieu d’Amours fait nulz amoureux saints. » (Ballade n°10, v. 13-14).

Nous tenterons de donner sens à ce qui peut paraître comme un cliché, en suivant d’abord les développements narratifs qui explicitent ce scénario de sainteté amoureuse, en particulier dans quelques dits et quelques poèmes allégoriques du quinzième siècle : L’Oultré d’Amour de George Chastelain, Le Martyr d’Amour de Franci, La Sépulture d’Amour, La Confession et testament de l’amant trespassé de deuil et L’Amant rendu cordelier à l’observance d’amour. La déploration de la mort de l’aimée y apparaît comme le point de départ d’une expérience paradoxale du corps vivant comme relique, non seulement parce que la dame n’est plus présente que par des éléments métonymiques, mais surtout parce que l’amant se voit séparé de ce qu’il considère comme sa propre chair ou son propre cœur, et se perçoit lui-même comme un fragment corporel en fait déjà mort, mais dont la vie perdure.

On peut dès lors tenter d’éclairer la lyrique de la complainte amoureuse à la lumière de cette expérience douloureuse de la permanence du corps par laquelle le poète se fait relique, en explorant les images du corps qui « tressue » et se métamorphose, en particulier chez Christine de Pizan, celle du démembrement, ou encore les métaphores moins attendues qui évoquent la survivance (le poète comme enfant sans mère, comme revenant, comme malade incurable). La confrontation avec un interlocuteur sceptique, dans les dits, peut cependant laisser penser que cette mystique amoureuse suscite en même temps une interrogation sur l’outrance de cette représentation, l’amant martyr s’identifiant finalement avec l’Oultré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s